© Silène Audibert
Built with Indexhibit

Silène Audibert a élu le dessin et la gravure comme ses médiums privilégiés.
Son travail artistique est nourri d’expériences sensibles durant des temps de projection, états de conscience modifiée. Elle puise son inspiration dans l’architecture du vivant, fascinée par l’éternel mouvement et par les transformations du corps. Les visions et images qu’elle se crée à partir de ressentis de son corps l’amènent à parler du corps féminin, de la relation homme nature et cosmos. Ses premières séries de dessins faisaient référence au carnaval, à la figure et aux métamorphoses. Le costume, le déguisement, l’entrelacement des formes lui permettaient d’évoquer le corps fragile, être au monde. Désormais le corps apparaît d’autant plus en chair, porté par les flux de la nature.

La figure du porteur présente dans le Roi des Aulnes de Michel Tournier l’a inspiré pour donner naissance à ses dessins où se mêlent figure, mémoire et éléments du vivant.
La série de dessins Les danseurs marque une étape vers la couleur. Tout en finesse, les tracés de couleurs construisent cet habitat ou organisme nous incitant à penser sa transformation dans le temps.

Elle participe à de nombreuses expositions collectives au CACL de Lacoux, à la Galerie Daniel Leizorovici de Paris, à l’orangerie du parc de la tête d’or, au musée des moulages de Lyon. Ses dessins furent aussi présentés lors d’expositions personnelles à la galerie Jean Louis Ramand, et la Galerie Françoise Besson.

Le processus de dessin est moteur dans la démarche artistique de Silène Audibert. Chaque série l’amène à se donner une règle de jeu pour développer une collection de dessins et faire naître une histoire. Ses protocoles de création de formes la guident vers le surgissement d’une multiplication d’expression de son trait dans la couleur.

Au fil de ses dessins se dévoilent à la fois jouissance et violence, enlacement et combat. Silène Audibert compose ainsi un univers où le corps se rêve et transporte son histoire.

Pauline Lisowski